Bad Kids
Toulouse
Le Workfare, ou l’art de nous forcer à bosser pour ne pas perdre les allocs.
Categories: Ressources

Article des camarades de tantquil  sur un sujet d’avenir (abordé dans BK3 et prochainement dans BK4) :

Alors que le gouvernement anglais vient de passer une loi obligeant tout chômeur de longue durée à accepter de bosser 30 h par semaine sous peine de perdre ses indemnités, voici une petite explication de ces programmes dits de Workfare, qui tendent à se développer là-bas et un peu partout dans les pays « riches ».

Le programme « Welfare to Work » ou Workfare, veut dire « travailler pour le bien-être ». Il fait référence au « Welfare State », « État Providence » de l’après 1945. Le message, à cette époque, était que le bien-être passait par le capitalisme, autour de l’ « American Way of Life ». Un capitalisme encadré par un État chargé de redistribuer aux prolos une fraction des richesses créées par eux. Il fallait que les prolos des pays industrialisés puissent consommer ce qu’ils produisaient (voiture, électroménager…). En échange, à charge pour eux de bosser toujours plus et de faire péter les chiffres de la croissance. L’idée « le travail c’est la santé » est restée.

Ainsi les chômeurs seraient « malades » et il faudrait les soigner par le travail. Mais comme le travail se raréfie comme un mineur en Lorraine, on leur impose de travailler bénévolement, en contrepartie du maintien de leurs aides sociales.

Workfare, le service du travail gratuit obligatoire

C’est un concept déjà vieux, qui revient au goût du jour dans la période actuelle. Aux USA, des programmes de ce type ont été créés dans les années 70, souvent pour faire d’une pierre deux coups : remettre au boulot tout ces sales chômeurs et restructurer les administrations publiques. Si en plus, ça peut radier quelques chômeurs en fin de droit, c’est bingo!

La gratuité du travail n’est pas non plus un truc nouveau, on le trouve déjà dans les activités humanitaires, le travail citoyen… Mais tout ça n’est pas forcé. Le travail gratuit forcé existe surtout dans sa fonction punitive: Travail d’Intérêt Général en France, travail forcé des prisonniers, en Hongrie ou en Turquie par exemple (voir un article ici sur le sujet, ou encore notre panorama sur la Hongrie.)esclavage

En résumé, il s’agit de nous faire bosser deux fois, pour le même salaire. Ben oui, le paiement du Workfare, c’est tout simplement le maintien des aides sociales. Et comme on vous l’a expliqué (voir Qu’est ce que c’est le salaire indirect), les aides sociales, c’est pas un cadeau, c’est juste une part de nos salaires. Mais nous y reviendrons plus bas.

En plus de ne pas coûter cher, le Workfare n’est pas comptabilisé comme un vrai boulot, et n’ouvre donc pas l’accès aux droits des salariés, comme celui de se syndiquer, ou de porter plainte pour harcèlement… Merci qui ? (http://www.youtube.com/watch?v=BP3_dgTofKA )

On peut distinguer plusieurs types de Workfare :

  • Publics. Un peu comme à l’époque du New Deal, l’État ou les municipalités mobilisent les chômeurs pour des tâches d’entretien et de voirie, la plupart des temps. Cette mesure a été utilisée souvent dans les villes en faillite.

  • Évènementiels. Ils sont limités à une période courte. Par exemple, l’Australie a forcé la moitié des chômeurs de la région de Sydney à accepter des emplois Workfare liés à l’organisation des Jeux Olympiques, en 2000.

  • Total : c’est celui qui sévit en Angleterre. Lié directement au marché du travail et donc délégué à des entreprises semi-privées ou privées, ce Workfare oblige tout les chômeurs de longue durée à travailler pour continuer à toucher les allocs. L’État replace ainsi des prolétaires « excédentaires » dans la production, moyennant un salaire minimal garanti par cet État et les patrons ne déboursent rien. Les réformes Hartz ont introduit en Allemagne un autre type de travail forcé, les jobs à un euro. Nous en parlerons plus spécifiquement dans un autre article.

Entre fausse bêtise idéologique et vrai travail forcé

Le discours des partisans du Workfare c’est que s’il y a du chômage, c’est la faute de ces feignants de chômeurs. Il faut donc «casser le cycle de la dépendance aux aides ». En pratique, ça veut dire que pour continuer à toucher son RSA ou équivalent, il faut aller bosser pour une entreprise choisie par les services de l’État.

Le Workfare serait aussi une sorte de solution humanitaire : comme des machines qui, faute d’entretien, dépériraient, les jeunes prolos seraient un « capital humain » qu’il faudrait réinsérer avant que ce précieux capital ne se désagrège, en perdant l’habitude de bosser.

Bonne blague. Mais il ne s’agit que de mots pour cacher des mesures disciplinaires, l’exploitation des chômeurs, et par voie de conséquence, une dévalorisation de notre force de travail.

Ainsi en Suisse, depuis les années 90 ont été mis en place des « stages d’entreprises fictives ».
Les chômeurs doivent, pour une « réinsertion rapide » dans le monde du travail, pointer et bosser pendant toute la journée, à des tâches le plus proche possible d’un vrai travail. En gros ils doivent faire des cartons le matin et les défaire l’après midi. L’intérêt ? Humilier en faisant travailler pour rien, comme jadis casser des cailloux au bagne. Ensuite, fliquer en permanence et interdire de ne pas travailler, sous peine de se voir retirer ses aides sociales.

La « relance », c’est juste baisser nos salaires

Cette mesure arrive dans une période de crise, où la seule façon pour les patrons de relancer leurs profits c’est de baisser les salaires. Pour cela, ils disposent de plusieurs leviers. L’un de ceux sur lesquels ils s’acharnent le plus c’est ce qu’ils appellent les « charges » dont on vous à déjà parlé: le salaire indirect. C’est en additionnant salaire direct et indirect, qu’on obtient le cout global de notre force de travail.

Et l’objectif du Workfare se situe bien là : réduire le coût global de la force de travail, en l’attaquant de deux côtés en même temps:

1) Baisser les salaires indirects.

Petit rappel : pour les patrons, le salaire et les aides sociales, c’est le « coût du travail ».  Prenons un peu de distance, et regardons la manière dont s’effectue les répartitions de richesses capital/prolos à l’échelle d’un pays, par exemple, la société française.

Les prolétaires bossent, et produisent les tas de marchandises, matérielle ou immatérielle, qui sont vendus par les capitalistes. Ceux-ci leurs paient un salaire, mais aussi, nous l’avons vu des « charges » des cotisations sociales, qui servent à financer les retraites, le chômage, la sécu, la caf…Toutes ces « charges » paient donc la fraction des prolétaires qui pour x ou y raisons n’est pas employés par un patron a ce moment là, mais aussi un tas de choses, comme les médocs, les pensions des personnes agées… Bref l’ensemble de ce qui fait vivre les prolos en tant que classe.

D’un côté, on a donc une masse globale de travail fournie, de l’autre une masse globale de salaire payée. Et enfin, la différence entre les deux, la plus-value.

Avec le workfare, en forçant les chômeurs à bosser, on augmente la masse de travail demandée aux prolos dans leur ensemble sans augmenter la masse de salaire fournie :  l’objectif est clairement de ponctionner une quantité plus importante de plus-value.

2) Faire pression sur les salaires directs

Et en deuxième super effet kiss cool, en mettant en concurrence les salariés et les chômeurs, ce système participe aussi de faire baisser les salaires directs: forcément, si des gens bossent gratuit ou pour 400 euros, pourquoi les patrons iraient chercher des SMICards qui coûtent 2,5 fois plus cher. Privilégiés va !

workfareastérix

Le workfare se rapproche de l’économie de guerre (tout le monde au front ou à l’usine). Ce n’est pas sans rappeler les emplois d’État créés par le New Deal ou le Troisième Reich dans les années 30. A l’époque, l’intervention d’État avait servi à relancer le marché avec des grands projets et des infrastructures nouvelles pour les entreprises et des salaires très bas, qu’acceptaient les prolos pour pas crever de faim ( voir notre article ).

Cette fois-ci, et surtout dans ce qu’on voit se mettre en place au Royaume-Uni, c’est plus direct : les employés du Workfare reçoivent leur aide sociale en bossant… pour des entreprises privées. L’État replace ainsi des prolétaires « excédentaires » dans la production, moyennant un salaire minimal garanti par cet État et les patrons ne déboursent rien. Relance de l’économie : 1, prolos : 0.

Le Workfare ne sert pas à détruire le chômage, mais les chômeurs.

C’est pas une nouveauté, le chômage est très utile au capital. Il crée une « armée de réserve » prête à travailler pour moins cher. C’est une menace permanente pour les prolétaires : quoi de plus stimulant pour aller travailler à moins que rien, que de voir ses voisins perdre leurs boulots et galérer grave ? Le problème, c’est que le chômage monte de partout (26,5 millions en Europe). La pénurie de travail nous touche toutes et tous. Et le Workfare arrive comme par magie.

Quant à ceux qui n’acceptent pas de bosser pour rien, ben c’est la radiation. C’est le seul moyen qui marche encore pour faire baisser le chômage.

En Angleterre, on compte plus de 150 000 radiations depuis la mise en place du Workfare.
Enfin vous vous doutez bien que les victimes du Workfare vont plus avoir tendance à récurer les chiottes ou à laver les vitres qu’à avoir un boulot « qualifié ». Ce sont des emplois jetables sans avenir, qui ne servent souvent qu’à l’entretien du capital constant (machines, locaux etc…).

Ça a l’air vachement bien pour les patrons tout ça…. Mais pourquoi ne le développent-ils pas davantage ?

Ben justement, le problème là dedans, ce n’est pas tant les patrons… C’est les prolos. Le travail forcé, ça marche en zonzon, dans des camps de travail (le Goulag c’est productif et les salaires sont vachement attractifs !). Ça marche quand les gens crèvent de faim, comme en Allemagne en 1932, mais en ce moment c’est plutôt le flop.

C’est que les gens ne sont pas encore forcément mûrs pour accepter de se faire à ce point racketter. Bien sûr, comme nous en reparlerons bientôt, des mesures « intermédiaires » comme l’instauration des jobs à un euros en Allemagne sont un autre moyen utilisés pour augmenter le niveau d’exploitation.  Et il ne fait aucun doute que sous une forme ou une autre, les capitalistes tenteront de faire adopter le workfare au gré de l’évolution de la crise. A moins qu’on foute tout ça en l’air une bonne fois pour toutes.

En attendant, les résistances au Workfare s’organisent. Les types d’action : piquets, manifs et boycott principalement.

Pour aller plus loin, lire par exemple cet article « Le 5 juillet, 24 heures avant une nouvelle semaine d’action contre la chaîne, Holland and Barret annonce l’abandon du workfare, reconnaissant que c’est sous la pression des manifestant-es et le boycott des consommateurs-trices.»

Et ça peut payer: voici une liste des boîtes qui ont renoncé au workfare sous la pression des luttes :

BHS (British Home Stores), Blue Cross , The Body Shop, Boots, Burger King, The Children’s Society, HMV, Holiday Inn, Holland & Barrett, Marie Curie, Maplin, Mind ,99p, Oxfam, PDSA, Pizza Hut – Kent and Surrey, Red Cross, Sainsburys ,Scope ,Sense, Shelter,Shoe Zone, Single Homeless Project (SHP), St Mungos,  Sue Ryder; Superdrug, TK Maxx, Waterstones.

Nous avons fait une recension un peu plus large de ces luttes, pour les personnes intéressées, c’est ici.

Manifestation anti-Workfare dans le centre de Londres

SI VOUS NOUS EXPLOITEZ ON VOUS FERA FERMER

Enfin, pour les amateurs de propagande « décomplexée » voir aussi ce « sympathique » dossier préparé par une boîte anglaise pour le gouvernement.

Leave a Reply